Bottom-up !


Personnellement, c’est pour moi une immense satisfaction, après avoir lancé ce qu’on appelle aujourd’hui mondialement le ‘Liège Model’ de manière essentiellement ‘top-down’, de voir que les chercheurs sont devenus des ‘fans’ convaincus de l’outil, l’utilisent magnifiquement et exhortent tous leurs collègues à l’utiliser.

En effet, l’Open Access n’a de sens que si tout le monde le pratique. C’est un acte de générosité et de partage caractéristique des fondements de la Science qui doit être unanime. Une législation claire a pour objectif de rassurer les chercheurs eux-mêmes face aux pressions diverses et aux intimidations commerciales ou hiérarchiques qui s’exercent sur eux, tout en permettant la promotion la plus large de leurs travaux.

En outre, sans y parvenir immédiatement, cette législation pave néanmoins le chemin vers des méthodes d’évaluation de la recherche et des chercheurs bien plus justes et plus objectives que les jugements rapides basés sur le prestige et les ouï-dire en usage actuellement.

Où et qui que vous soyez, si vous partagez cette vision, n’hésitez pas à signer la lettre ouverte ci-jointe des chercheurs aux parlementaires en faveur du décret qui les oblige à déposer leurs publications en accès ouvert chaque fois que c’est possible mais qui impose également une limite raisonnable à l’embargo qu’exigent les éditeurs sur l’ouverture des articles au public.

A snapshot of the Open Access routes

There is a lot of confusion as to the various ways of complying with what is – fortunately – becoming the rule in many countries: the free availability of the results of research performed with public funds. Indeed, there are different ways to achieve this goal.
Here is an elementary and necessarily incomplete comparative table of the merits and drawbacks of the various formulas in the current landscape of scholarly publishing. It is just a modest attempt at clarification for non-experts that can serve as a basis for something more elaborate later.

[Click on table to see it full screen.]

The comments are meant to be as fair and objective as possible, subject to improvement. The colors, from green (positive) to red (negative) are my fully assumed subjective appraisal.

Science needs a break !

A changing world

Science communication has been undergoing a considerable evolution in the Internet era in spite of a strong resistance from both the publishing and the research communities. Open Access (OA) is finally letting researchers, scholars and students, particularly those in developing countries, acquire full access to scientific knowledge. Nowadays however, reluctance by these two stakeholder groups has limited this availability to less than half of the scientific literature, the rest being still hidden behind paywalls and unaffordable by many, even in wealthier countries. But there is hope that, sooner or later the whole scholarly literature will be available regardless of how rich institutions are.

We owe this encouraging perspective to three elements: 1) the unreasonable escalation of subscription costs, 2) the rapid development of a largely free Internet society and 3) a growing attraction to humanist values like sharing and cooperation. But will these overcome the resistance?

Gold and Green

At first the most efficient OA approach was dubbed the « green route » to open Access (aka Green OA), considering the somewhat utopian nature of the « gold route » (Gold OA), i.e. publish for free and read for free as well. Green OA calls on institutional repositories (IRs) to make documents freely available while preserving the traditional publication process. Publishers’ fear that Green OA would destroy their businesses did not materialise, as demonstrated by their still growing profits. Indeed, today, we must admit that Green OA is deficient in many universities in that institutional repositories meet low compliance levels because of weak mandates. Hence universal access remains low. If the « Liège model », a mandatory deposit linked to assessment procedures (see p. 76 in this reference) had been fully enforced in every institution worldwide, access for everyone to every published scientific document would already be a much awaited reality by now.

Whose fault is it ?

Why such a slow and incomplete progress? It is often blamed on the publishers but we should not underestimate the responsibility of the research community itself: researchers, team leaders, supervisors, academic authorities and journal editors who are scholars as well. All of them tend to believe in sacrosanct values such as peer reviewing which is in fact far from perfect and is progressively getting worse because of the growing numbers of scholarly articles (to the point that they are rarely read), often too hastily crafted (to the point that they have to be retracted), or impact factors, which are in fact only loosely relevant to individual quality. Scientific publishing has become perverted by those evaluation procedures that motivate the researcher to publish too much at the expense of quality and to try to do so in journals as prestigious as possible. Such a perverse effect leads to a mediocre overproduction that is detrimental to the visibility of the real good works. The advocacy that I hold against the race for publication and prestige is often decried by the elite of researchers, but they should realize that a reconsideration of objectives more in line with the capabilities of each, such as Open Science recommends it, would better value their own output.

Numbers, numbers, numbers ! The dictatorship of metrics

Prestige-based evaluation itself has been skewed by the use of proxy indicators such as the Journal Impact Factor (JIF). Designed to inform publishers and librarians on the global impact of a journal measured by the average number of citations each of its papers has generated in the two previous years, it has long been warned that the JIF is inappropriate to evaluate an individual article, even less a researcher or a research team. This shows clearly on a graph I have already published in this blog: among 1,942 articles published in « Nature » in 2012 and 2013, only 14% have yielded the 41 citations (or more) corresponding to its 2014 JIF, while 86% are unduely benefiting from an impact above their rank (data courtesy of Paul Thirion, ULiege).

Flipping the coin

Alas, although the principle of OA is now very widely recognised as the unavoidable road to Open Science, the free exchange of research information remains far from granted. Indeed, in order to preserve their highly profitable but doomed business model, the major publishing companies are now flipping its mechanism from « pay to read » to « pay to publish » by developing « article-processing charges (APC) Gold OA ». This is the utmost threat for researchers in developing or low GNP countries as well as for those in most other universities: the price to pay for the freedom of reading is the loss of the freedom to communicate. Anyone wishing for a universal sharing of science and knowledge (a prerequisite to avoid all extremisms) should look back at the original objective of scientific publications: communicate openly, so that science is widely shared.

Profiteers in ambush

Another threat is the proliferation of dishonest APC-OA journals, often referred to as « predatory » (personally, I prefer « parasitic », leaving « predatory » to the ones who are working seriously indeed but practicing outrageous pricing policies). Authors should protect themselves by verifying the status and rules of those in the Directory of Open Access Journals (DOAJ) for example.

On the road to the promised land

A truly democratic future, at the international level, calls for publicly run open publication platforms that are free or almost, accessible to all, submitted to open reviewing and immediately accessible, a concept that could be called True Gold OA. Governments and Funding organisations would be well-advised to support the real costs of True Gold OA financially, rather than the exorbitant fees of APC-Gold OA as several have elected to do… One should remember that prices are being set progressively to replace the former business model of subscriptions which is not obsolete yet but may become so in a more or less distant future. OA has not been devised to save any commercial business but rather to promote open flows of knowledge, as Internet technology allows for, nowadays.

Beware of the traps !

However, this novel science communication tool can only be efficient upon two conditions: 1) it must be attractive enough so that the researchers become aware of the advantages it provides in terms of audience, visibility and potential citations; 2) the research/researcher evaluation processes must take this entirely new paradigm into consideration and quit using current indirect metrics. However, such an indispensable change in tradition must be adopted worldwide and simultaneously if no scientific community, particularly in the young generation, is to be sacrificed.

Open Access is a « juste cause »

OA is supporting basic human rights, the rights to knowledge, education and wellness. It is a real democratic and sharing approach to science. If Green OA is the easy, efficient (if well enforced) and cheap route to a forced obsolescence of the traditional mode of scientific communication, only « True Gold » Public OA will bring full access to publishing and reading to the whole World, rather than the small fraction of it who can afford to get an expensive access to scholarly  literature so far and who will be allowed to express themselves in an APC-Gold era. We need open public pre-publication platforms now !

Give Science a break !

However, today, Science needs a break.

– A break from the pressure to publish (or « perish », what a terrible and stupid threat!), leading only to overpublication of ever unread papers.

– A break from the frantic race to prestige.

– A break from the obsession of the impact factor which, in fact, concerns journals only.

– A break from the omnipresent evaluation of what one has done rather than what one is intending to do and how…

But this, of course, requires the acceptance by all stakeholders of a fully reconstructed panel of evaluation criteria because that is where the rub is.

Let’s not put the cart before the horse

Finally, it is hard to imagine that Open Science and most particularly its Open Research Data and Open Evaluation pillars, very much acclaimed as the future of scholarly research by political authorities in Europe and elsewhere, has any chance of being implemented as long as we must recognise that its first pillar, the easiest to achieve, Open Access, is not yet fully and automatically operational…

Rougeole 2.0, le retour

Une adolescente de 16 ans non vaccinée meurt de la rougeole. Triste constat. Que faut-il en penser ?

En 1976, aux USA, j’ai commencé mes recherches sur la rougeole et en particulier sur les ravages que le virus pouvait causer dans le système nerveux.
Ceci m’a amené à comprendre et expliquer le mécanisme de la latence du virus et celui qui conduisait à la panencéphalite sclérosante subaiguë (PESS, en anglais SSPE), une maladie très rare tuant 1 enfant par million après des années de dégénérescence progressive, une horreur.
Mais le risque majeur, à l’époque, était l’encéphalite rougeoleuse aiguë, beaucoup plus fréquente (1 cas sur 1.000), foudroyante et mortelle.

En 1985, j’ai cessé de me préoccuper de la rougeole, car la vaccination devenant généralisée (et obligatoire pour entrer à l’école aux USA), la panencéphalite avait disparu des pays où l’on vaccinait, et l’encéphalite également, du moins chez les vaccinés. Ce n’était plus un problème, cela n’intéressait plus personne et obtenir du financement pour une recherche sur un virus qui ne faisait plus parler de lui devenait quasi impossible.

La rougeole est donc devenue un non-problème depuis 30 ans. Les moins-de-40 ans n’ont jamais vu ces cas qui étaient si courants lorsque ma génération était jeune. Les nouveaux médecins non plus, évidemment. Quand une maladie est un non-problème, il est très difficile de faire comprendre au public la nécessité de maintenir une politique de vaccination universelle. Le paradoxe survient lorsque le risque inhérent à la vaccination, infiniment moindre que celui de la maladie au départ, devient supérieur à celui-ci grâce au vaccin ! La logique individuelle est alors de ne pas faire courir le risque de la vaccination à un enfant qui ne risque plus de contracter la maladie puisque le virus ne circule plus. Le vaccin semble inutile.

Mais un argument contredit cette logique et est généralement mal connu: le virus n’est pas éradiqué.
Il reste des régions du monde où le virus circule comme il le faisait chez nous avant la vaccination. Les voyages étant ce qu’ils sont aujourd’hui, le virus peut être rapidement réintroduit par quelqu’un qui vient ou revient d’une région où le virus circule. Celui-ci trouvera alors un terrain accueillant chez les non-vaccinés et des accidents comme celui de cette jeune fille vont se multiplier.

Tant que le virus n’est pas éradiqué (le seul qui le soit est celui de la variole, depuis 1978, justifiant l’arrêt mondial de la vaccination anti-variolique), c’est à dire n’a pas complètement disparu de toute la planète, nous sommes tous tenus d’être vaccinés. Par chance, une seule vaccination par enfant suffit à créer l’immunisation collective pour toute la vie.
Tout écart par rapport à cette règle se paie cash.

La complainte du fabricant de carrosses

L’association des éditeurs belges (ADEB) entre en résistance contre l’avant-projet de décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il est clair qu’ils sont victimes des abus outrageux commis par les toutes grandes maisons internationales qui pratiquent des augmentations annuelles de prix et affichent fièrement des profits de plus de 40%, des méfaits qu’on ne peut leur reprocher. Le ras-le-bol causé par les requins de l’édition (Elsevier, Wiley, Springer et consorts) jette l’opprobre sur toute la profession, souvent injustement, et en fait subir à tous les conséquences fâcheuses. Néanmoins la combinaison de plusieurs facteurs, à savoir cet agacement extrême, le progrès technique de la communication électronique, le souci croissant du respect d’une éthique scientifique plus stricte, le besoin de réduire la pléthore d’articles et d’en améliorer la qualité, ouvre toutes grandes les portes d’une nouvelle ère, généralement appelée « Science Ouverte » (Open Science). Cette évolution est inexorable et personne ne parviendra, sous aucun prétexte, à l’empêcher de prendre le pas sur les pratiques désormais anciennes. Il s’agit ici d’un phénomène extrêmement répandu sous le nom de « désintermédiation-réintermédiation » que connaissent bien les banques, les opérateurs de télécommunication, les compagnies aériennes, les librairies et beaucoup de marchands au détail, pour lesquels l’Internet a déstructuré le modèle d’affaires. Rien de très particulier ici, donc.


Aucun « business model » n’a jamais résisté à l’évolution des techniques. La jante en polymère et le pneu ont remplacé la roue en bois cerclée de métal qui était pourtant, et pendant des siècles, une véritable merveille. Et ceci au grand dam des fabricants de roues de carrosse. Ceux d’entre eux qui s’en sont bien sortis sont ceux qui ont fait preuve d’adaptabilité et qui ont reconverti leurs activités dans une ligne plus en phase avec les nouvelles tendances. Qu’on me comprenne bien, j’ai le plus grand respect pour les fabricants de roues de carrosse, qui ont rempli leur rôle en temps utile. Ma parabole n’a rien de méprisant pour les métiers disparus ou en voie de disparition (ou de transformation). Elle vise seulement à faire comprendre que c’est le progrès qui dirige, dans la mesure où il crée des options plus efficaces, plus rapides et plus accessibles à tous, bref, mieux adaptés. Les modèles d’affaires doivent donc évoluer en conséquence, soit en montrant la voie, soit en la suivant de près.

Qu’on le veuille ou non, les nouvelles générations de chercheurs vont communiquer en utilisant les moyens modernes dont elles disposent déjà aujourd’hui. L’Internet est gratuit et immédiat. La nécessité d’intermédiaires comme les maisons d’édition ne reposera bientôt plus que sur l’habitude paresseuse des évaluateurs de la recherche qui consiste à soi-disant « mesurer » le prestige des journaux dans lesquels les chercheurs parviennent à publier leurs travaux et d’attribuer cette « valeur » à l’objet de l’évaluation (un chercheur, une équipe, un projet, etc.).

L’argument des éditeurs pour conserver leur quasi-monopole actuel est qu’ils seraient les seuls à pouvoir assurer la révision par les pairs, c’est-à-dire le contrôle de qualité, faisant mine d’oublier qu’ils confient la totalité de cette tâche à des chercheurs qui s’en acquittent pour eux gracieusement et par pur intérêt scientifique (ceux-là ont anonymement la primeur de l’information en exclusivité, ce qui ne manque pas de poser des problèmes éthiques, mais ceci est encore une autre question).

Dans un monde idéal, les publications scientifiques devraient être déposées sur des plateformes publiques non-commerciales, être soumises à la critique par les pairs de manière totalement ouverte, être modifiables en versions datées et numérotées successives en fonction de l’évolution des travaux de l’auteur mais également en fonction des critiques (positives autant que négatives) du monde scientifique compétent. En d’autres termes, la publication de recherche devrait reproduire exactement la méthode que les chercheurs appliquent depuis toujours dans les congrès scientifiques où la critique est ouverte et personnalisée.


Can we grasp a utopian concept and make it happen ?

Evolution of scientific communication will need to climb three steps:
1. Universities must provide green open access to their entire research production (Green OA through repositories), making sure it is complete;
2. Universities must cancel all their subscriptions to scientific publications;
3. Universities must contribute to setting up free publicly-run publication platforms and favor open peer reviewing.
This is the dawn of an entirely new science communication and interaction paradigm, which is mimicking on the publication scale the process followed on a smaller scale in scientific conferences. But this requires universal enforcement of this principle. Nowadays, those universities which are taking step 2 run the risk of sacrificing their researchers’ access to information. We should encourage them in this act of resistance, or even rebellion, and we should move forward all together now.
Step 4: all researchers must cite only those articles that are available on line freely. The transition period will be difficult, like all transition periods, because of the scientific need to quote good relevant articles that are actually hidden behind paywalls, but after a while, it will decrease the pressure of the prestige factor and hopefully get rid of it, if human nature permits.

Le choc africain

Invité comme keynote speaker à un symposium panafricain sur l’accès libre (Open Access) aux publications scientifiques (cela ne vous surprendra guère: je vous casse régulièrement les pieds avec ce sujet que, dans un article récent de la Libre Belgique, on qualifiait gentiment d’obsessionnel…), j’ai vécu quatre journées exceptionnelles.
En effet, si j’ai toujours défendu l’Open Access comme mouvement de justice sociale, et même si j’ai toujours prétendu que c’était particulièrement dans les universités des pays en développement que le besoin s’en faisait le plus absolument sentir, se retrouver face aux réalités de spécialistes de la documentation scientifique d’un peu tous les pays d’Afrique laisse pantois.
Bien formés et bien informés, ils sont confrontés à une quasi incapacité de se procurer toute source d’information pourtant indispensable et l’Open Access est, pour eux, une vraie solution quasi miraculeuse.
Et pourtant, à l’heure actuelle, l’Open Access ayant solidement progressé, il ne peuvent accéder gratuitement, comme nous, qu’à peine à la moitié de la littérature scientifique. Et à une proportion encore bien plus réduite aux manuels de cours et aux livres dont les étudiants ont besoin. C’est un immense progrès, partant de zéro il y a peu, mais c’est un manque qu’ils ne peuvent pallier faute de moyens.
En outre, une deuxième difficulté survient: comment donner accès à des milliers d’étudiants et de chercheurs aux ressources informatiques, l’équipement moderne et mis à jour faisant terriblement défaut.
Enfin un troisième écueil se présente: la résistance obstinée du monde Académique d’admettre le changement de paradigme de la diffusion du savoir que nous vivons actuellement.
Ces trois difficultés, nous les rencontrons toutes également, mais à un degré considérablement moindre, sauf peut-être la troisième…
Quoi qu’il en soit, je n’ai jamais caché ma conviction absolue de la nécessité d’une évolution de la diffusion des connaissances, de l’exigence d’un accès gratuit au savoir qui permet d’éviter toute discrimination sur la base des moyens financiers disponibles et de la nécessité de modifier totalement nos critères d’évaluation de la recherche et des chercheurs. Mais aujourd’hui, cette conviction n’en est que plus considérablement renforcée. Et elle se double d’une colère, d’une rage même, face à l’indifférence et au mépris ainsi qu’aux manœuvres d’intoxication intellectuelle que font subir les multinationales de l’édition, aveuglées par leurs profits excessifs et scandaleux aux chercheurs des pays en développement. Certes, elles se défendent en prétendant leur octroyer des conditions particulièrement avantageuses, mais cette ligne de défense ne tient pas à l’épreuve de l’analyse.

If there’s any document that should be free, it is knowledge about your basic rights” (Albie SACHS, Capetown 5/12/2016).


Mais quand cessera-t-on de donner du crédit aux classements d’universités qui n’ont aucun sens ?

Voici revenu le temps des classements. Dans la torpeur de l’été médiatique finissant, cela devient une sorte de tradition.

Je me demande parfois comment réagirait Le Soir ou tout autre journal belge si, chaque année, au moins deux fois, un classement chinois le plaçait en très lointaine position derrière l’Asahi Shimbun ou encore The Times of India ou Bild ou The Sun…? Ou même le très célèbre New York Times, pourtant 39e au classement mondial des tirages
Ne penserait-il pas illico qu’on ne parle pas de la même chose et que, de toute façon, ses lecteurs ne sont pas intéressés, du moins au premier chef, par ces autres journaux « prestigieux »?
Et encore, la comparaison ne tient guère la route lorsqu’on réalise que, dans le cas précis du classement de journaux présenté ici, on n’utilise qu’un seul critère et qu’en outre, il est objectif (le tirage), à l’inverse des classements d’universités, qui en utilisent plusieurs, et dont la pondération comme la signification sont hautement discutables.

Et que dirait-on si une de nos étudiantes devenait championne olympique et si ce seul fait nous faisait grimper de 100 places au classement…? (Quoique, là, ça pourrait se défendre !).

Il faut vraiment qu’on arrête de donner du crédit à ces classements qui ne veulent quasiment rien dire, mais qui frappent l’opinion comme si cela avait un sens pour les lecteurs.

La seule conclusion utile pourrait être de se dire que figurer parmi les 500 « meilleures » universités mondiales équivaut à se situer dans les 5 meilleurs pourcents, ce qui est et reste, pour toutes les universités belges, un succès, si on s’obstine à croire le moins du monde aux classements. Mais là encore, n’utilisons pas un système auquel nous n’attribuons aucune valeur pour nous glorifier d’une soi-disant évaluation qui n’a pas de sens.