Les leçons de la fermeture des écoles

Un très bon article de Monique Baus dans la Libre ce 7 juin dénonce « les coûts cachés de la crise Covid »

En fait, ces coûts ne sont pas cachés du tout. Ils étaient prévisibles et clairement annoncés depuis la prise de la décision très controversée de fermer les écoles. Il ne fallait d’ailleurs pas être grand clerc pour le prévoir. La fermeture des écoles, événement rare – et même rarissime s’il est de longue durée, comme durant cette période de Covid où les fermetures ont été suivies de mises en quarantaine du personnel enseignant – a toujours un effet catastrophique sur la qualité de la formation, c’est un truisme. Et il fallait être bien naïf pour croire que des solutions technologiques de «continuité pédagogique» pourraient être réellement efficaces et non-discriminantes.

Aujourd’hui, le taux d’échec en 1er et 2e bac dans les universités s’annonce énorme et sans précédent, suite aux longues périodes non-scolarisées en fin de secondaire lors des lockdowns de 2020 et 2021. Beaucoup d’enseignants universitaires rapportent déjà l’immensité des lacunes de la formation préalable. Cet effet s’observe également dans le secondaire et le fondamental.

Mais comme l’évoque très bien l’article, les effets délétères ne se manifestent pas que dans le retard scolaire. Un rapport de l’UNESCO met clairement en évidence bon nombre d’autres conséquences :

fonctionnelles, comme le manque de préparation des parents à l’enseignement à distance et à domicile ; l’impact sur la qualité alimentaire de beaucoup d’enfants ;

sociales, telles que les carences en matière de garde des enfants et leur conséquence directe, l’absentéisme parental ; l’inégalité d’accès aux portails d’apprentissage numérique ;

sanitaires, par rebond de l’absentéisme des parents faisant partie du personnel soignant ;

économiques, comme l’impact du dérèglement professionnel parental induit ou l’augmentation des charges sur les établissements scolaires..

Aujourd’hui, comme il est clair que le réflexe politique consiste à recourir à ce moyen à répétition sans se poser trop de questions, il serait utile d’examiner la balance réelle coût/bénéfice d’une telle mesure et de le faire en analysant rationnellement la menace épidémique à l’horizon, sachant par ailleurs que les mesures sanitaires ont créé une “dette immunitaire” et que, par conséquent, le coronavirus risque de ne pas être le seul souci de contamination de l’automne, d’autres virus respiratoires ayant “un retard à rattraper” (pour rappel, le virus de la variole du singe n’en est pas un…)

Le risque d’un nouveau recours automatique à l’expédient “fermeture des écoles”, sans une analyse approfondie de ses effets positifs et de ses conséquences néfastes, plane déjà sur la rentrée 2022-2023.


A lire aussi, du 09.06.22 : la pénurie d’enseignants provoque l’annulation de cours et d’examens.

2 commentaires sur “Les leçons de la fermeture des écoles

  1. gh Lambert

    Monsieur le Professeur,
    J’ai voulu réagir à plusieurs reprises à certains de vos (bons) articles mais à chaque fois il m’a été demandé (par le site qui vous héberge) des précisions que je n’ai aucune envie de donner à quiconque nonobstant le très répandu « de toute façon, on est fliqué partout » … J’ai donc gardé mes projets de réponse pour moi mais j’en rédige malgré tout un nouveau, ici – au sujet de la vaccination – et vais tenter de vous l’envoyer. Je suis têtu ou opiniâtre, c’est selon l’angle.
    J’ai compilé les données d’hospitalisations et d’admissions aux soins intensifs par statut vaccinal, depuis le 21 mars jusque fin mai 2022 (je peux vous en réserver une copie), et je ne vois pas comment aboutir à une autre conclusion que celle-ci : les personnes vaccinées courent (assez nettement) plus de risques de se retrouver à l’hôpital et aux soins intensifs que les personnes non vaccinées.
    On ne pourra pas m’accuser d’avoir été chercher des données farfelues sur le net qualifié de complotiste : je suis allé les quérir sur le site des plus grands cardinaux de la récente Église de Vaccinologie, SCIENSANO himself !
    Quand je lis que le sinistre Vandenbroucke envisage encore de « répondre » à la prochaine vague par une nouvelle campagne promotionnelle de vaccination (et je ne parle même pas de cette imbécillité de CST qu’il voudrait faire renaître de ses cendres), j’en arrive à la conclusion (itérative) que nos caciques ne s’intéressent pas même aux chiffres donnés par leurs propres âmes damnées (ces dernières n’en tirant elles-mêmes aucune conclusion, pour ne pas dire qu’elles escamotent le constat qu’elles devraient en faire).
    À l’occasion, j’ai écrit à l’un ou l’autre média (en rêvant d’un peu d’objectivité dans leur chef), et même deux fois à notre premier ministre, pour relever quelques âneries proférées de-ci, de-là, mais je n’ai jamais eu l’honneur d’une réponse ni a fortiori d’un écho. N’étant pas un perdreau de l’année, je m’étais déjà bien habitué au manque de crédit de la parole politique ; cette crise du covid l’a réduit à néant et m’a aussi forcé à reconsidérer la profession de journaliste.
    Au début de cette pandémie, j’ai quelque peu correspondu avec le professeur Thirion mais, bien que nous partagions un scepticisme vivifiant, je pense que j’ai dû le fâcher le jour où je lui ai « reproché » d’avoir dit, dans une carte blanche à plusieurs mains, que le covid 19 n’était guère plus qu’une grippe. Il n’a en tout cas plus répondu à mes courriels. Je ne lui en ai pas tenu rancune puisque j’ai acheté son plaisant ouvrage, « Le confinement par les nuls ».
    Je m’aperçois que le présent commentaire est sans doute déjà trop long mais peut-être pourriez-vous me communiquer une adresse électronique qui me permette de le compléter des données en question ? Il me semble en effet que les hérétiques – dont vous faites partie, d’une manière ou d’une autre, puisque vous n’épousez pas le dogme et stigmatisez même le pieux mensonge, mécréant que vous êtes ! – devraient vraiment se faire entendre, individuellement ou collectivement mais en toute hypothèse massivement.
    Bien cordialement.

    J’aime

    1. Cher Me Lambert,
      Je ne puis qu’être d’accord avec vous puisqu’en tout point vous êtes .d’accord avec moi ! En effet, nous partageons les analyses, tout d’abord sur la probabilité supérieure des vaccinés d’être infectés (et maintenant hospitalisés, même si les hospitalisations en hausse restent anecdotiques, 75/jour au 22 juin 2022), l’efficacité du vaccin devenant négative, ce que Sciensano cache pudiquement sous le vocable « indétectable ». Ensuite sur la nouvelle campagne de vaccination (https://www.linkedin.com/posts/bernard-rentier-8675731_coronavirus-frank-vandenbroucke-annonce-activity-6938720512785178624-nQb9?utm_source=linkedin_share&utm_medium=ios_app), sur l’inepte CST (https://bernardrentier.wordpress.com/2022/02/01/le-cst-une-mauvaise-idee/), etc.
      A cet égard, le film « La Loi, la Liberté » de Bernard Crutzen (https://youtu.be/zgOEacD0SFY) est très complet, très bien documenté et couvre largement les sujets que vous évoquez ici.
      Merci pour vos commentaires.
      BR

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :