Emoi sur la planète des singes

Rien n’est aussi effrayant que la survenue d’un nouveau virus inconnu et dont les ravages potentiels laissent libre cours à l’imagination. S’il est dans les missions des organismes de surveillance épidémiologique d’alerter le monde médical lors de tels événements, il leur incombe de bien les mettre en perspective et de les relativiser, afin de limiter les mouvements de panique dans la presse généraliste.

La variole du singe (Monkeypox) qui défraie aujourd’hui la chronique et est erronément présentée comme une maladie due à un nouveau virus, a été observée et fort bien décrite pour la première fois en Afrique centrale en 1970, (voir article de 1972) elle n’est donc pas due à un nouveau virus puisqu’on le connaît depuis un demi siècle. L’infection chez l’homme est très rare, elle se présente comme une variole sur le plan clinique mais en diffère totalement sur le plan épidémiologique, le taux de transmission inter-humain étant très faible.

Il existe de nombreux poxvirus d’animaux dont certains peuvent occasionnellement infecter les humains, avec des conséquences très limitées.

Les symptômes du Monkeypox humain commencent par de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, un gonflement des ganglions lymphatiques et une sensation de fatigue. Ensuite survient une éruption cutanée qui forme des pustules et se recouvre de croûtes. Le délai entre l’exposition et l’apparition des symptômes est de 1 à 3 semaines avec une moyenne de 10 jours. Les symptômes persistent généralement de 2 à 4 semaines.

Un rapport de 1980 indiquait que « 47 cas de monkeypox humaine sont survenus durant la décennie précédente dans 5 pays d’Afrique centrale et de l’Ouest ; 38 de ces cas ont été rapportés au Congo (Zaïre à l’époque). Le taux de létalité était d’environ 1/6, les enfants de moins de 10 ans représentant 83 % des cas. Tous les cas sont survenus dans des zones de forêt tropicale humide. Une propagation de personne à personne a pu se produire dans 4 cas ; le taux d’attaque secondaire parmi les membres sensibles et très proches de la famille était de 7,5 % (3 cas/40 contacts) et parmi tous les contacts sensibles était de 3,3 % (4 cas/123 contacts) – bien inférieur au taux d’attaque secondaire de 25-40 % qui se produit avec la variole ».

Dès les années ‘70, on avait compris qu’en raison du faible taux de transmission et de la faible fréquence de la maladie, la variole du singe ne constitue pas un problème de santé publique, ce qui n’exclut évidemment pas une nécessaire vigilance de la part des organismes de surveillance sanitaire.

On a ensuite vu réapparaître des rapports, parfois alarmistes, sur le sujet, comme en 1986, en 1987, en 1988, en 2003, en 2004, en 2005 ou en 2013, par exemple.

Il semble que l’extension de cas observée actuellement dans différents pays dont la Belgique, ne constitue pas un phénomène nouveau et soient limités jusqu’à présent à des groupes particuliers et à des comportements à risque, permettant ainsi de cibler assez précisément les rares victimes potentielles.

Il n’est donc pas utile, au sortir de la période Covid récente et dans l’état actuel des choses, de créer une nouvelle anxiété populaire ni d’envisager une campagne de reprise de la vaccination contre la variole comme souvent évoquée ces jours-ci, ni encore d’envisager de développer un vaccin spécifique que certains ne manqueraient certainement pas de vouloir administrer à toute la population…


Note ajoutée le 24/05/22 : pour des compléments d’information, voir cet article de The Conversation.


Pour les commentateurs qui prétendent qu’on ne tend pas à créer un climat anxiogène : https://www.lavenir.net/actu/monde/2022/05/27/les-cas-detectes-de-variole-du-singe-pourraient-netre-que-le-sommet-de-liceberg-selon-loms-FYVCQAF4LVF3LGMFUP3E2PMZPY/

9 commentaires sur “Emoi sur la planète des singes

  1. Arnaud

    Bonjour Pr Rentier,

    Merci pour cette mise au point. A nouveau, il y a ceux qui se jouent des peurs et ceux qui prennent le temps d’expliquer les choses et de relever que dans ‘variole du singe’ tous les mots comptent.

    Bien à vous.

    Aimé par 1 personne

  2. Paul

    Rien n’est aussi effrayant que le discours de certains « scientifiques ». Je suis un citoyen lambda et tout ce que j’ai pu lire jusqu’ici dans les journaux « mainstream » est que à ce stade, il n’y a pas lieu de s’alarmer. Nulle part je n’ai lu qu’il s’agissait d’un nouveau virus, nulle part je n’ai lu de motif de panique. Bref, personne ne cherche à créer de l’anxiété. Puis je vois un scientifique affirmer que « certains ne manqueraient certainement pas de vouloir administrer (un vaccin) à toute la population »… Et du coup je me demande qui, en réalité, sème la peur… Heureux déjà que le titre de l’article ne soit pas « Twelve Monkeys »…

    J’aime

    1. Merci pour votre commentaire.

      Première remarque : je ne suis pas un “scientifique” entre guillemets, je suis un scientifique tout court, depuis 52 ans. Je ne vois pas pourquoi cela nécessite des guillemets qui indiquent que vous avez un doute à cet égard !
      Ensuite, si tout ce que vous avez pu lire jusqu’ici dans les journaux est que à ce stade, il n’y a pas lieu de s’alarmer, nous ne devons pas avoir lu la même chose :

      L’indépendant, 20/05 : https://www.lindependant.fr/amp/2022/05/20/virus-monkeypox-le-taux-de-mortalite-est-beaucoup-plus-eleve-que-celui-du-covid-alerte-un-epidemiologiste-10307261.php
      Cet épidémiologiste oublie que si le taux de mortalité, annoncé par ailleurs comme étant de 17% (soit 1/6 !), est effectivement plus élevé que celui du Covid-19, il se calcule sur le nombre d’infectés qui est, lui, plusieurs millions de fois moindre. Pour le moment, il n’y a aucun décès du Monkeypox en Europe ni aux USA.

      Le Devoir, 20/05 : https://www.ledevoir.com/societe/sante/713295/doit-on-s-inquieter-de-la-variole-du-singe

      Le Soir, 22/05 : https://www.lesoir.be/443811/article/2022-05-22/un-4e-cas-de-la-variole-du-singe-en-belgique-loms-sattend-davantage-de-cas

      L’Avenir, 22/05 : https://eda.mail.lavenir.net/optiext/optiextension.dll?ID=QijQoXgkzm6gzr0TnxF1KHBci19K63tfW5p%2BOuW1YkxrIaG6IcAQsrKdXnl5nXCsseGvCWgkNAdJSyiyt54qOeRy6ZB6_

      Certains articles sont effectivement rassurants : https://www.lalibre.be/belgique/societe/2022/05/20/premier-cas-de-variole-de-singe-ou-monkeypox-en-belgique-quels-sont-les-symptomes-2LMPKOP3XZB3TILZPQXJUFFAII/?outputType=amp mais une inquiétude est vite remise en avant : https://www.lalibre.be/belgique/societe/2022/05/20/premier-cas-de-variole-de-singe-ou-monkeypox-en-belgique-quels-sont-les-symptomes-2LMPKOP3XZB3TILZPQXJUFFAII/?outputType=amp

      Quant à une vaccination généralisée, voici :

      L’Indépendant, 19/05 : https://www.lindependant.fr/amp/2022/05/19/virus-monkeypox-la-population-a-risque-bientot-vaccinee-contre-la-variole-du-singe-10305006.php

      La Dépêche, 19/05 : https://www.ladepeche.fr/amp/2022/05/19/virus-monkeypox-lespagne-commande-des-milliers-de-vaccins-contre-la-variole-traditionnelle-10305466.php

      Vaccineswork, 20/05 : https://www.gavi.org/fr/vaccineswork/cinq-chose-savoir-variole-singe qui signale qu’on a développé un vaccin anti variole et monkeypox en 2019…

      Enfin, je reconnais que certains articles sont totalement rassurants : Le Point, 20/05 https://amp.lepoint.fr/2476437

      J’aime

      1. Arnaud

        Pr Rentier,

        En complément, voici également une texte du 20/05 sur le site de l’OMS : https://www.euro.who.int/fr/health-topics/health-emergencies/pages/news/news/2022/05/monkeypox-cases-reported-in-the-who-european-region

        On y retrouve les passages suivants après avoir toutefois signalé que la maladie guérit souvent spontanément :

        -« la situation est cependant inquiétante »

        -« il est probable que d’autres cas seront recensés dans les prochains jours »

        -« L’Organisation continue de suivre de près l’évolution rapide de la situation, et mettra à jour les éditions du Bulletin d’information sur les flambées épidémiques consacrées à la variole du singe »

        Merci pour votre travail scientifique et d’intérêt public.

        J’aime

  3. Merci, Mr. Rentier, vous êtes un Scientifique et parmi la génération actuelle, un des rares que j’admire! Pondérés sont vos commentaires et avec une biblio étoffée!

    J’aime

  4. PAUL

    Merci de prendre la peine de me répondre, malgré une certaine véhémence dans mes propos. Mais votre façon de lire les articles que vous référencez est étonnante. Prenons par exemple votre premier lien, dans « L’Indépendant ». Vous sous-entendez que l’épidémiologiste cité confond létalité et mortalité et vous nous expliquez que, avec un R0 nettement plus bas, la population contaminée sera bien moindre que par la covid, et donc qu’il y aura beaucoup moins de décès. Et vous lui faites dire que le taux serait de 17%, chiffre qui ne se trouve pas dans cet article, mais bon… Tout lecteur un peu pressé qui, comme Monsieur Thirion qui loue votre biblio (!), n’ira pas lire votre lien, dira : « Ah, heureusement que Bernard Rentier est là pour remettre les pendules à l’heure ». Sauf que, quelques phrases plus loin, l’article « alarmiste » que vous citez ajoute : « Pour l’épidémiologiste Yves Buisson, il n’y aura pas de propagation rapide et meurtrière du virus. « Il ne faut pas craindre une forte propagation épidémique car la variole du singe n’a pas la capacité de transmission et de contagiosité d’autres maladies virales comme la grippe ou le Covid-19 ». Pour être direct, Monsieur Rentier, déformer les propos de quelqu’un pour le contredire, je ne trouve pas ça très scientifique; ni élégant. Dans votre deuxième référence, aucun alarmisme non plus. Les scientifiques interrogés précisent bien que les décès connus jusqu’ici ont touché des individus en difficulté sanitaire, et il ajoute « On peut s’attendre, dans des populations occidentales, à ce que la mortalité soit nettement plus faible ». Bref, AUCUN alarmisme. Et dans l’article du Soir que vous référencez, qui est plutôt une brève, aucun alarmisme non plus, et plusieurs autres articles de ce journal sur le sujet se veulent rassurants. Vous enchaînez ensuite avec la « vaccination généralisée » en citant un article dont le titre à lui-seul montre bien qu’il ne s’agit pas de cela : l’Espagne veut commander des milliers de vaccins pour les personnes à risque. C’est ça, la « vaccination généralisée », pour vous ? Protéger les personnes à risque, c’est du délire ? C’est ça qui vous permet de conclure que « certains » (le fameux « ILS » de Peronne) veulent nous pousser à la vaccination de masse ? Vos sources ne montrent qu’une seule chose : vous ne lisez pas les articles que vous citez. Au final, vos prises de parole n’ont rien de scientifique, Monsieur Rentier; elles sont purement politiques. Si votre article s’était voulu scientifique, il nous aurait parlé du séquençage en cours (patient portugais), des mutations observées, de la contamination entre humains – ce qui est une nouveauté pour ce virus – et de l’absence de lien des malades avec l’Afrique, vous nous auriez dit qu’il s’agit de la variante Ouest-Africaine, moins virulente que la souche Centrafricaine… Vous feriez oeuvre de vulgarisation scientifique et de pédagogie. Mais non, vous préférez crier au feu en accusant « certains » de vouloir vacciner tout le monde, créant ainsi un climat anxiogène. C’est de la politique ça, Monsieur Rentier, pas de la science. Et si au final climat anxiogène il y a, ce ne sont pas les articles que vous citez qui l’amènent, ce sont vos sous-entendus… Et ça, Monsieur Rentier, ce n’est pas « scientifique ».

    J’aime

    1. Je publie votre réponse à ma réponse par souci d’objectivité, malgré votre véhémence en effet, peu importe, et surtout malgré la déformation que vous faites de mon propos.
      Manifestement, nous ne serons pas d’accord sur la délectation anxiogène de la presse pour des sujets comme celui-là, ni sur une certaine nostalgie de la panique de 2020. Si ce qui sort quotidiennement dans la grande presse sur le Monkeypox n’est pas anxiogène à vos yeux, je le respecte, mais je ne pense pas, moi, avec ma petite chronique au lectorat limité, contribuer à une quelconque panique populaire. Depuis quelques jours, je suis sollicité sans cesse par des personnes très inquiètes et cette inquiétude me semble très disproportionnée.

      J’aime

      1. joss

        M. Van Ranst a l’air très rassurant sur la photo du Vif, c’est inhabituel 🙂

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :