Pour une sérologie complète et efficace

Enfin, voici une synthèse sérieuse des progrès accomplis en matière d’immunité au SARS-CoV-2.
Et malgré tout, nous ne disposons toujours pas de données sérologiques, parent pauvre de l’information pourtant essentielle sur la progression de l’épidémie. La non-validation des tests rapides n’y est pas pour rien.
Et le mythe anxiogène de la contagiosité des séropositifs est en train de s’écrouler.

En résumé :

  1. Il faut une semaine après infection pour produire une réponse immunitaire humorale (anticorps) mesurable.
  2. Il est normal que, sans nouvelle rencontre avec le virus, les anticorps circulants diminuent et disparaissent même après 6 semaines. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, ce n’est pas un phénomène spécifique à ce virus contre lequel on « perdrait » son immunité, c’est absolument normal et connu depuis plus d’un siècle: une deuxième rencontre suscite une réponse secondaire, plus forte et plus rapide. Et maintenant c’est bien démontré avec le SARS-CoV-2, lui aussi.
  3. Le raffinement des tests sérologiques permet de conclure à la capacité ou non de neutralisation du virus par les anticorps produits et mesurés. Ce sont donc des outils à mettre en œuvre et valider d’urgence. La présence d’anticorps neutralisants (anti-RBD) est corrélée à la protection de l’individu et très probablement à sa non-contagiosité.
  4. Une « immunité croisée » existe bien chez des personnes qui ont été infectées précédemment par un autre coronavirus. Il en existe beaucoup et ils sont responsables de rhumes et d’affections respiratoires légères. La réponse immunitaire développée alors se réveille en réponse secondaire reconnaissant, au moins partiellement ce virus-ci, un « cousin » en quelque sorte, et cela peut expliquer pourquoi beaucoup de personnes échappent à l’épidémie où font une infection à bas bruit, qui passe inaperçue. Doser leurs anticorps présente donc un grand intérêt.
  5. Il y aurait apparemment dix fois plus de séropositifs que de PCR-positifs dans la population. D’où l’absolue nécessité d’autoriser, de promouvoir et de systématiser les tests sérologiques. Rapidement.

https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2770758
Journal of the American Medical Association, 12/09/2020

12 commentaires sur “Pour une sérologie complète et efficace

  1. .

    Bonjour, Ceci n’est pas en relation directe avec votre article de ce jour mais concerne le domaine de la statistique que vous avez abordé à de nombreuses reprises. Voici ma question : comment expliquez vous que le 31 mars 2020 il y a eu 876 cas et 192 décès et le 11 septembre 2020 877 cas et 0 décès ? ( source sciensano).
    Je vous remercie pour votre attention.
    Frédéric

    J'aime

    1. Parce qu’on n’est plus du tout dans les mêmes conditions. La majorité des “cas” de mars étaient des gens malades car on testait parcimonieusement alors. Aujourd’hui, on teste tout qui est passé non loin d’un “cas” pendant 15 minutes ou tout qui revient d’une zone considérée comme “rouge”… On trouve donc beaucoup de “cas” positifs pour peu de malades et pas de mort. Comme pour toutes les infections respiratoires.

      Aimé par 1 personne

  2. alain renard

    Il semble aussi que les tests détectent des « concentrations » beaucoup plus faibles de corona qu’il y a 6 mois (Prof Toussaint Paris)

    J'aime

  3. Stéphane

    Je me pose une question : pourquoi s’entête-t-on à utiliser des tests PCR, dont on sait maintenant qu’ils sont à peine plus fiable que la consultation d’un astrologue ? Est-ce que les chiffres hasardeux qu’ils donnent sont plus facile à faire dire ce qu’on veut qu’ils disent ?

    À quand une généralisation des tests sérologiques ?

    J'aime

    1. Les tests PCR sont fiables en ceci qu’ils détectent le virus avec grande sensibilité. Ils sont importants pour le suivi de l’épidémie. Il ne faut évidemment pas les abandonner ! Mais comme je le répète constamment, il faut se fixer un niveau de sensibilité pour les mesures à prendre. Avec la sensibilité totale actuelle où chaque positif est considéré comme dangereux, on mettra bientôt tout le monde en quarantaine, ce qui n’aurait aucun sens. La combinaison avec les tests sérologiques sera très utile pour trier…

      J'aime

      1. antoine tomasevic

        bonjour,
        toujours un plaisir de lire vos idées claires et précises. une question : après plus de six mois que nous nageons dans cette épidémie, comment expliquez-vous que l’on ne soit toujours pas parvenu à agir avec un brin de discernement au niveau des « décideurs » (les soi-disant experts) ? comment n’y a-t-il personne en haut lieu, après six mois d’une des crises les plus sérieuses que le monde ait eu à connaître, qui ne puisse faire la part des choses ? un exemple simple en est le testing. comme vous le dites, passons tout le monde à la moulinette du test des anti-corps. ce test coûte une poignée d’euros et se pratique sans la moindre douleur en quelques minutes comme un test de grossesse. pareillement, puisqu’on sait que les pcr ont une sensibilité variant dans un facteur 10 exposant 8 (dites-moi si je me trompe) en fonction de l’amplification que l’on choisit, pourquoi s’obstiner à utiliser les pcr dans leur gamme de détection la plus draconienne qui ne nous apprend plus rien aujourd’hui (nous voulons connaître des « contaminateurs » potentiels et pas des personnes qui ont une dose infinitésimale de virus en elles) ? je ne peux croire que les « décideurs » ne décident rien et naviguent à vue au gré des plateaux télés auxquels ils sont conviés. le chaos du testing ne peut être le fruit du hasard. il doit être en quelque sorte accepté, voire organisé. qu’en pensez-vous ? merci d’avance

        J'aime

      2. Vous avez bien compris et vous avez raison sur toute la ligne. Quant aux questions que vous me posez, je n’ai pas la réponse… Et je me les pose également depuis longtemps maintenant!

        J'aime

    1. Merci.
      Les tests salivaires doivent re prêts pour l’accueil en présentiel des étudiants à l’ULiege. Toutefois, à ma connaissance, ils ne seront pas validés et n’entreront pas dans les données de Sciensano.

      J'aime

  4. JJ

    Bonjour,

    Toute l’entreprise où je travaille a été testée (quick-test sanguin). Peu de cas positifs, mais il semble que presque tout le monde a été infecté à un moment donné (présence d’anticorps IgG).

    D’après la personne qui effectuait les tests, jusqu’à 85% des personnes testées présenteraient des anticorps IgG. Si cela est vrai (je n’ai pas trouvé de statistique officielle validant ce chiffre et l’article que vous référencez dit 10 à 12%), pourrait-on en présumer (sans en être certain) qu’une partie significative de la population a déjà été confronté au virus et pourrait avoir développé une immunité, voire ne peuvent plus transmettre le virus ?

    J'aime

    1. On peut l’espérer.
      Mais le seul moyen de le savoir est de tester UN ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF RANDOMISÉ de quelques milliers (2 à 3.000) de personnes dans le pays pour obtenir le pourcentage de séropositifs. On le demande depuis 6 mois…

      J'aime

  5. JJ

    C’est facile à dire par après, quand on sait les données qu’il manque, mais pourquoi n’a t’on pas justement décidé en mars de sélectionner un échantillon aléatoire de X000 personnes et de les tester toutes les semaines pour mesurer la progression réelle de l’épidémie » ?

    Pour économiser les capacités de tests limitées j’imagine, mais à présent ? Cela permettrait de fonder des statistiques autrement que sur des exponentielles extrapolées sur des sables mouvants.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :