Un non-événement

On va croire que j’ai des comptes à régler avec Sciensano, l’indispensable service public belge en charge de la surveillance épidémiologique de la pandémie de COVID-19 et de l’information à en donner au public. J’assure qu’il n’en est rien mais cela ne m’empêche pas d’avoir une grande difficulté avec leur communication vulgarisée et en particulier l’usage des statistiques. Il ne faut d’ailleurs pas être un statisticien hors-pair pour ressentir ce malaise.

Dans leur dernière conférence de presse, ce vendredi 4 septembre, ils annoncent que “sur les 65.000 voyageurs revenus de zone rouge, 66% ont fait un test à leur retour en Belgique, et 2% d’entre eux étaient positifs.

En soi, pas de surprise: le taux de positivité chez l’ensemble des personnes testées en Belgique est actuellement de… 2,07% !

Par conséquent, si on ne peut mettre en doute l’affirmation qui suit, “Ça veut dire que 20% du total des cas diagnostiqués en août, en Belgique, revenaient donc de l’étranger, elle nous laisse tirer une conclusion fausse qui serait qu’une contamination sur 5 a lieu à l’étranger, en zone rouge. En effet, comme le taux de positivité de ces 43.000 personnes testées est le même que celui de la population testée ne revenant pas (du moins, on le suppose) d’une zone rouge, on ne peut conclure qu’une seule chose:

au mois d’août, 20% des tests réalisés en Belgique l’ont été sur des personnes revenant de zones rouges.

C’est évidemment moins sensationnel et, pour tout dire, sans intérêt.

2 commentaires sur “Un non-événement

  1. Hoebeke Maryse

    A mon médecin traitant qui me demandait comment je survivais dans le climat anxiogène quotidien, j’ai simplement répondu  » une lecture régulière de Bernard Rentier  » me permet de remettre les pendules à l’heure! Merci pour ces analyses .

    J'aime

  2. Statistica

    Sans être statisticien hors-pair non plus, je sais que les critères d’échantillonnage sont également très importants. Vous êtes-vous posé la question de l’échantillonnage des populations revenant de zone rouge et de celles testées en Belgique ?

    Selon votre analyse, 66% des personnes revenant de zones rouges sont testées, et mènent à un taux de positivité de 2%.
    Teste-t-on 66% de la population belge ? Ou ne teste-t-on que des personnes dont on soupçonne une possible contamination ?

    Il est donc aberrant de comparer les deux taux directement. L’utilisation d’une approche bayésienne avec une estimation des probabilités d’infection a priori permettrait déjà une comparaison plus intéressante.

    On peut en effet faire dire ce que l’on veut aux chiffres…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :