Ce vendredi 31 juillet, le nombre d’infections par le SARS-CoV-2 officiellement détectées en Belgique s’élève à 68.006, contre 67.335 jeudi.

Pour que leurs lecteurs saisissent bien la marée montante que cela représente, les journaux, sans distinction, que je sache, titrent : “Cela représente une augmentation de 62% par rapport à la semaine précédente.” Impressionnant.

C’est une mesure indiscutable. Toutefois, on pourrait relativiser un peu en choisissant une autre façon, plus naturelle, d’interpréter les chiffres: “Cela représente une augmentation de 1% des contaminations” (0,99651% si on veut être précis). Beaucoup moins impressionnant.

En outre, il ne s’agit pas de malades mais de personnes testées et avérées positives.

Tout est dans les chiffres, bien sûr, mais surtout dans leur expression, en fonction de ce qu’on souhaite leur faire dire.