On aurait tort de sous-estimer les indicateurs de danger tout simplement parce qu’ils apparaissent dans des pays qui nous semblent lointains. Mais la Hongrie est à côté de nous et surtout, elle est dans l’Union Européenne. Et croire que certaines tendances qui deviennent des réalités pourraient rester confinées là-bas et ne risquent pas de contaminer tout le continent serait très imprudent. L’exemple relevé par le Guardian est terriblement interpellant. Plus que jamais, la vigilance s’impose car la menace contre les libertés auxquelles nous tenons est à nos portes. Gardons bien en tête que nous vivons dans un pays où le ministre de l’Intérieur cautionne l’incivisme du passé, le secrétaire d’Etat à l’immigration tient des propos racistes et un administrateur proposé pour le Centre fédéral pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme est ouvertement en faveur de la discrimination en tant que droit fondamental…
Ce qui se passe en Hongrie et que nous négligeons de combattre, se passera chez nous plus prochainement qu’on ne pense. C’est le prix des concessions. Si on continue à vouloir conserver ce pays dans la naphtaline, il va finir par sentir mauvais.

extremes-droites-europeennes-1
[Source de l’illustration]

Advertisements